Que se dit-on quand on ne parle pas?

Véronique Besançon explore le thème de la rencontre dans sa peinture, sujet qui la passionne etla bouleverse depuis toujours. Son univers pictural est peuplé de personnages laissant émerger leur humanité et d’ambiances urbaines revisitées par une sensibilité multiculturelle.

 

Elle a développé une palette de couleurs, à partir de ses propres mélanges de pigments, alliant les teintes chaudes de la Méditerranée et les tonalités intenses de l’Europe de l’Est. C’est en faisant vibrer ses tons éclatants et en jouant avec la matière que Véronique Besançon engage un dialogue entre formes et espaces, textures et transparences, sujets et atmosphères.  Elle s’abandonne à une gestuelle à la fois rapide et délicate créant ainsi une tension qui caractérise le dynamisme de ses compositions.

 

Elle met en scène un sens, une histoire qui parle de force irrépressible, de douceur et d’humanité. Cette expression épurée toujours issue d’un travail en émotion vient chercher le spectateur dans son histoire personnelle.

Bio

Artiste autodidacte, grandie en France, poursuivant le mouvement d’immigration du début du siècle en Europe de sa famille d’origines hongroise, russe et française, Véronique Besançon a immigré à Montréal au Québec en 97 riche de ses diverses origines.

Véronique Besançon a toujours vécu dans l’univers artistique, elle a exploré la danse contemporaine à Paris, le théâtre dans le Sud de la France ainsi que l’écriture et la peinture. Et depuis plus d’une dizaine d’années elle se consacre à la création en arts visuels, évoluant dans un espace personnel de ses parcours riches et multiples, espace rassembleur de liberté du mouvement et de pensée tout en émotions et en couleurs qu’elle accompagne d’écrits, témoignages d’une artiste qu’elle veut engagée.

En 2008 Véronique Besançon a exposé son travail pour la première fois et a découvert ainsi le plaisir et la nécessité du partage et de l’échange. Depuis elle multiplie les occasions de rencontres en galerie, dans les lieux publics et les espaces virtuels au Québec, à New York et à l'international. Après plus d’une centaine d’expositions en solo ou en collectif, ses œuvres se retrouvent chez des collectionneurs au Canada, aux États-Unis et en France.